Articles Colistiers

Ce chapitre permet à tous les colistiers de faire part de leur point de vue dans le domaine qui leur tient à cœur. Le contenu de ces articles montre la qualité des colistiers. Ces articles pourront servir de base de réflexion. Le contenu de ces articles n’engage que les auteurs.                                                   

Bernard DESCHODT

N°1 : ENVIRONNEMENT, ARCHITECTURE ET DEVELOPPEMENT DURABLE. Par Roland GALLINATO-CONTINO .

N°2 : L’INQUIÉTANTE AUGMENTATION DE LA TAXE FONCIÈRE. Par Bernard DESCHODT à partir d’un article de Boursorama.

N°3 : LA CROISSANCE EN QUESTION. Par Roland GALLINATO-CONTINO.

N°4 : Covid-19. Dr Bernard DESCHODT. Mise en ligne le 29 Mars 2020


ENVIRONNEMENT, ARCHITECTURE
ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Par Roland GALLINATO-CONTINO                                        

Ces trois thèmes sont intimement liés et sont souvent complémentaires, voir indissociables.

Aujourd’hui, devant l’éventualité de constructions de logements sociaux dans le cadre de la loi SRU, il devient impératif de se poser les questions sur la finalité des résultats. 

La crainte d’un développement anarchique de constructions imposantes et disgracieuses en périphérie du vieux village de FLAYOSC, venant ceinturer et créer une « banlieue » est un danger bien réel.           

Aussi, il nous a paru utile d’anticiper une réflexion globale sur le sujet du devenir des terrains disponibles sur lesquels serait susceptible d’être effectué ces constructions ; en particulier ceux de « l’entrée de village »                                                                                

Cette réflexion à été étendue de manière plus générale à l’architecture elle-même et aux solutions qui permettraient la meilleure intégration possible à notre environnement.                                                  

Ce texte est donc aussi un plaidoyer pour une « acceptation » et la promotion d’architectures contemporaines aujourd’hui complètement absente sur la commune.                                         

LES BUTS 

L’ ENVIRONNEMENT                                  

L’environnement  et  le  cadre  de  vie  sont  des  composantes essentielles qui conditionnent directement les comportements des personnes qui y vivent.      

Un environnement dégradé conduit inévitablement à un mal-être, des problèmes relationnels et à la délinquance. Il convient donc d’ apporter à ce critère un soin tout particulier.   

LA MAÎTRISE DES PROJETS 

Pour s’assurer que le résultat final correspond à nos souhaits de départ, il est important que la municipalité conserve la maitrise totale  des projets en tant que maitre d’œuvre.                                               

Aussi, il serait bénéfique que chaque projet de construction nouvelle soit l’objet d’un concours d’ architectes dans le but de pouvoir recueillir les idées les plus pertinentes d’ intégration aux sites choisis.            

Céder des terrains à un promoteur pour réaliser des constructions dans les seuls buts de rentabilité et de conformité avec la législation sans droit de regard de la commune, serait prendre le risque insensé de voir notre beau paysage défiguré à tout jamais.                                        

UNE VITRINE

La réussite d’une opération immobilière basée sur des principes autres nous permettra aussi de nous afficher en exemple et de faire la démonstration qu’il est possible de sortir du néo-provençal qui est la règle aujourd’hui !                            

LE CHALLENGE

LA DIVERSITÉ ET LES IDÉES REÇUES

Beaucoup de personnes ont malheureusement des idées reçues, voir une méconnaissance complète de ce que peut être l’architecture contemporaine.

Celle-ci ne peut se résumer à un « standard normalisé » et est d’une très grande richesse d’ expression. En aucun cas, celle-ci ne peut se résumer en des volumes cubiques froids et impersonnels. 

Cette architecture novatrice sait aussi se parer de matériaux traditionnels, bois, pierres, tuiles, Ets… qui associés à des formes nouvelles sont bien mis en valeur.                                                       

Mais, ce qui fait toute la différence, c’est sur la démarche créatrice qui prend comme point de départ l’environnement et l’étude de l’intégration sur les particularités du site.  

Ici, pas de plans préétablis, il s’agit seulement d’une création en fonction des ressentis de l’architecte.

LE COÛT 

Dans le cadre de logements sociaux, le coût de réalisation est d’une grande importance. Certains postes en architecture contemporaine sont pourtant plus onéreux que pour le traditionnel : un linteau d’une certaine portée coûtera plus cher que quelques mètres carrés d’agglos, une grande baie vitrée coûtera aussi plus chère qu’une porte-fenêtre ouvrant à la Française. 

Ces nécessaires dépenses qui apportent une qualité de vie doivent être compensées par des économies permettant d’arriver à un budget acceptable.     

LA QUALITÉ DE VIE

L’architecture contemporaine doit assurer une meilleure qualité de vie, et c’est sa raison d’être, sur deux axes principaux :                            

Tout d’abord, elle doit être en adéquation parfaite avec son environnement et se montrer discrète (formes et matériaux) pour se fondre au mieux dans la nature qui l’entoure.                                       

Ensuite, elle doit savoir apporter aux occupants un confort de vie qui est inexistant dans une architecture traditionnelle. Non seulement elle doit répondre aux meilleurs critères des normes thermiques, mais aussi, de par son orientation, le cadrage des ouvertures, la distribution  des pièces, des détails finement traités qui améliorent la vie de tous les jours, apporter une émotion sans cesse renouvelée.   

L’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE, POURQUOI ?

Dans le passé, les constructions étaient réalisées uniquement avec des matériaux locaux : pierres, bois, tuiles. Il y avait peu d’excavation car il fallait creuser manuellement à la pelle, on ne savait pas faire de grands linteaux et le vitrage était limité à de petites dimensions.                         

C’était une architecture justifiée par les moyens de l’époque et qui constitue aujourd’hui un patrimoine authentique que nous apprécions et que nous devons sauvegarder, car faisant partie de notre histoire.                 

Mais les constructions neuves actuelles ce veulent une « imitation » de ce patrimoine ancien et ne sont en fait que de mauvaises copies sans aucune valeur architecturale. Pire même, elles sèment la confusion avec le « vrai », étant parfois dotées de détails ostentatoires empreintes à des époques différentes.

Il faut aussi souligner de mauvaises intégrations à l’environnement : principalement dans le cas de terrains en pente, assez fréquent dans notre région : dans ce cas, il n’est malheureusement pas rare de voir qu’une gigantesque plateforme est réalisée à grands frais de pelleteuse pour accueillir une maison de « constructeur » initialement prévue pour être construite sur un terrain plat.                           

A ce propos, il faut ici rappeler un des grands principes de l’architecture : c’est à la construction de s’adapter au terrain et non le contraire !     

 

PROJET D’UN RÈGLEMENT DE CONSTRUCTION    

(Dans le cadre d’une éventuelle opération immobilière de construction de logements sociaux)                                                             

  • Logements individuels sur un ou deux niveaux maximums.                

  • Du studio au 5 pièces (à définir) et conforme en surfaces aux  conditions de construction des logements sociaux.                                           

  • Ces logements peuvent être réunis en « marguerites » formant ainsi de petits hameaux.

Entre chaque « marguerites » on aura soin de laisser une partie de végétation naturelle.   

Le choix de l’implantation de chaque « marguerite » sera fait en fonction du relief du terrain et de la végétation existante dont une grande partie devra être conserver.                                                                

Chaque « marguerite » comportera une petite placette, avec de la végétation, quelques bancs et des allées piétonnes, véritable lieu de retrouvaille et de convivialité pour les habitants. Ces placettes seront uniquement piétonnes et sans accès possible aux véhicules.                           

Sur un terrain donné, on optera plus spécialement pour implanter les logements sur les zones pentues, de manière que chaque logement puisse avoir une vue dégagée.                                               

Pour des raisons de cout, on choisira plutôt des abris voitures, de préférence aux garages… qui deviennent souvent des rangements à bazar, laissant la voiture dehors !                                                

Des toitures en terrasses plantées permettront de limiter la hauteur des constructions en laissant la vue dégagée par au-dessus.           

La conception de chaque logement devra prendre en compte l’orientation (grandes baies vitrées côté Sud, cadrage des ouvertures sur les vues potentielles) l’accès de préférence côté Nord (mur aveugle avec peu d’ouvertures). Côté Sud, les pièces jour pourront être prolongées par des terrasses dont le niveau sera le même que celui des pièces intérieures pour faciliter le passage et bénéficier d’un « agrandissement » visuel (prolongement de la perspective intérieure vers l’extérieur et vers le paysage).

Les problèmes de circulation et distribution des pièces seront particulièrement étudiées de manière à éliminer au maximum les couloirs inesthétiques et autres dégagements (perte de surfaces, et lieux peu agréables)                                                                                       

Un raffinement particulier pourra être apporté pour les salles de bains avec une baie vitrée donnant sur un contre-espace extérieur (rien n’est plus agréable que d’avoir l’impression de prendre sa douche ou son bain au milieu de la nature)                                                    

D’une manière générale, on étudiera particulièrement les ouvertures de manière à bénéficier au maximum des vues et de l’éclairage naturel. Il sera tout à fait possible dans certaines pièces de profiter d’un éclairage zénithal.                                                               

Les matériaux pourront être choisi dans une large palette : Bois, poutres en lamellé-collé, murs en pierres sèches, béton brut Poutres IPE apparentes et même agglos de ciment. Cependant on aura        soin d’éviter certains détails : Grilles qui suggèrent trop la peur et l’enfermement : on préférera le vitrage retardataire d’effraction, Les ouvrants à la Française, les tartinages d’enduit faussement rustique,               

Les volets avec des « Z », etc…

Les croquis ci-après montrent un exemple de conception où l’on remarque tout particulièrement le soin apporté à l’intégration des constructions dans la nature, l’intimité de chaque logement ne présentant aucun vis-à-vis, la sauvegarde de la vision du paysage sans être gêné par les logements voisins, l’immersion dans la nature, les plans ouverts avec peu de zones de distribution et tous les détails permettant une bonne qualité de vie dans ces logements.       


EXEMPLES D’INTÉGRATION

Les quelques dessins ci-dessus montrent une possible réalisation d’intégration de constructions sur un terrain en pente. Une vue dégagée par de grandes baies vitrées vers le paysage et si possible vers le Sud apporte un agrément visuel et les calories.

Naturelles du Soleil d’hiver pour un chauffage gratuit. Les toitures en terrasses plantées contribuent à une très bonne isolation, une inertie thermique, une protection de l’étanchéité et un bon volume de rétention d’eau en cas de forte pluviométrie. Des puits de lumière peuvent apporter un éclairage naturel   dans des pièces secondaires. Une végétation omni présente partout assure le complément indispensable d’intégration dans le paysage et d’apaisement environnemental.        

Intégration d’une maison toute simple sur un terrain en pente.

AUTRE EXEMPLE                             

Exemple d’architecture réalisé en Isère pour un lotissement à destination de location pour personnes âgées, et pour lequel j’avais participé à la conception.  

Ce lotissement qui est situé dans un parc et dans le périmètre d’un bâtiment historique, a reçu l’avis favorable de l’Architecte des bâtiments        de France et de la mairie.   

Grande baie vitrée plein Sud de 8.00m, toiture-terrasse plantée, abri voiture en porte-à-faux, espace jour ouvert sur une grande terrasse, etc.…

Dissimulation d’une entrée discrète au milieu de la végétation.

Exemple d’une construction bien intégrée sur un terrain en forte pente et comportant une toiture-terrasse végétalisée.

MANIFESTATIONS

 LES JOURNÉES ARCHITECTURE A VIVRE  

Ces journées, organisées par le magazine « Architecture à vivre » permettent tous les ans au Mois de Juin lors de deux week-ends, de visiter dans toute la France des réalisations contemporaines de maisons individuelles.   

Ces visites sont organisées par groupes de 10 à 12 personnes et sont commentées par les architectes-concepteurs des projets.                       

Il n’y a malheureusement que très peu d’exemples dans notre département et aucun en Dracénie… signe que dans notre région, le poids des traditions est tel que cela est un handicap pour pouvoir imaginer autre chose ! 

Cependant, nous avons remarqué lors de ces visites, le très grand intérêt que portent les visiteurs à ces nouvelles architectures qui sont    par ailleurs très diversifiées, et la conclusion que l’on peut en tirer, c’ est que c’ est davantage par méconnaissance du sujet que par rejet que ces nouveautés sont boudées.                                                   

 GAOU – GALIN  

Autre sujet de préoccupation reste le programme « Gaou-Galin » pour lequel nous avions dès le départ préconisé un parking sous-terrain sans avoir été écouté ! 

D’ autre part, avec la pluviométrie importante que nous subissons régulièrement, le tout bétonnage des sols est une erreur à ne plus faire sous peine de voir s’aggraver et se multiplier les dégâts des eaux.

Sujet à surveiller de très prés. 

 

AMÉNAGEMENT ENTRÉE DE VILLAGE

Notre opposition doit être forte concernant des barres de HLM qui dénatureraient complètement l’entrée de village et qui nous ont été imposés sans consultation par la municipalité actuelle et la CAD.

Et on imagine tout de suite les incivilités propices à ce type d’ensembles, comme c’est déjà le cas pour les HLM autour de l’église.

L’autre danger est de voir ces bâtiments venir cacher le vieux village !

Mais il faut aussi bien se rendre compte que le terrain Deniset ressemble davantage aujourd’hui à un terrain vague qui ne valorise pas vraiment l’entrée de village et ne rend pas Flayosc particulièrement accueillant.

Un projet qu’il serait intéressant de développer serait quelques habitations suivant les principes que j’ai expliqués dans cet article et que je qualifierais d’architecture verte et qui viendraient se fondre dans le paysage de la partie en pente du terrain.

Ces logements seraient bien sûr en moins grand nombre que ce qui est aujourd’hui programmé.

L’idée d’un parking paysager serait également opportune pour que les visiteurs puissent facilement garer leur voiture à proximité du centre-ville qui n’est vraiment pas loin.

Mais il faudra alors prendre soin que les véhicules ne puissent être visibles depuis le rond-point, ce qui serait très dommageable.

Pour conclure et résumer les tendances à inspirer, on ne peut que citer une phrase célèbre de Le Corbusier, qui disait : « C’est la nature qui a raison et l’architecte qui a tort »               

Et que l’on pourrait traduire par : toute construction nouvelle est une intrusion et un traumatisme dans le paysage ; Faisons-en sorte que cette modification soit la plus transparente possible !   

 

LE VILLAGE DE FLAYOSC

Sur le village lui-même, il serait bénéfique d’apporter certains aménagements. 

Le changement le plus pertinent serait de pouvoir rendre le centre-ville semi piétons, c’est à dire avec accès possible en véhicules seulement pour les livraisons et les handicapés.                                            

La zone concernée pourrait être délimitée depuis la boulangerie « Île O pains » jusqu’au passage sous les immeubles dans la zone de la Police municipale.   

En ce qui concerne le centre village semi-piétons, la crainte des commerçants de voir leur chiffre d’affaire fondre, est probablement sans fondement, mais cet aménagement éventuel nécessite évidemment une concertation avec tous les intéressés.

La configuration de Flayosc bénéficiant de nombreux parkings en périphérie permet un accès rapide au centre village.

De nombreuses villes ont maintenant évacué les véhicules de leur centre historique pour le plus grand bonheur de la qualité de vie des riverains et des visiteurs… (et des commerçants… on n’est plus obligé de rentrer avec sa voiture dans les boutiques !)

Il faut seulement avoir le courage de changer nos habitudes même si cela nous oblige à faire 50 m à pieds !

La délimitation serait matérialisée par des plots escamotables. Un aménagement floral par des bacs à plantes apporterait une atmosphère agréable et conviviale. 

Il est à noter qu’un certain progrès à déjà été effectué : récemment pour la place du village qui n’est aujourd’hui plus un parking !         

Une autre action concerne la propreté du village qui laisse encore trop à désirer et une sévère sanction des incivilités.                                        

L’ajout de poubelles supplémentaires inciterait surement certaines personnes à ne pas jeter par terre papiers ou mégots !  

Et bien sûr, une nouvelle déchetterie plus pratique.   

Rénovation de l’habitat ancien et modernisation intérieure.  

Rénovation des routes… avec le budget qui sera disponible pendant la prochaine mandature.    

Mise en conformité de deux ralentisseurs aujourd’hui hors réglementation (non pris en compte par la municipalité actuelle)    

Remise à plat complète des dossiers sur les logements sociaux et éviter à tout prix le triste avenir promis à Flayosc avec les pitoyables réalisations programmées en catimini.  

Bilan complet de l’éclairage public qui constitue aujourd’hui un gaspillage non négligeable… A quoi bon éclairer toute la nuit des routes  où il ne passe quasiment personne ?                           

Bon nombre de communes sont déjà passées à l’extinction de l’éclairage à partir d’une certaine heure, sans que cela nuise pour autant à la sécurité des biens ou des personnes.                                           

Si possible, mise en place d’un éclairage LEDs plus économique.                    

Eviter la pollution lumineuse vers le ciel. 

Toutes nos actions doivent se faire dans un cadre de « durabilité » c’est à dire que celles-ci doivent être neutres au niveau du renouvellement des ressources de la planète, et tout gaspillage doit être supprimé.                                        

« AVANCER, SANS PARADIGMES »

Est la devise de « FLAYOSC  DEMAIN »

Roland GALLINATO-CONTINO

 


IMMOBILIER

L’INQUIÉTANTE AUGMENTATION DE LA TAXE FONCIÈRE

Par Bernard DESCHODT à partir d’un article de Boursorama

Si la pierre rassure de nombreux investisseurs, c’est aussi l’un des actifs les plus taxés par l’Etat. A cet égard, la dernière édition de l’Observatoire réalisé par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi) dresse un constat flagrant de l’envolée de la taxe foncière et de son poids croissant au titre des impôts payés par les propriétaires. Explications.

Tout à l’euphorie de savourer leur nouveau statut de propriétaires, de nombreux ménages oublient le poids des taxes et des impôts liés à l’investissement dans la pierre. On peut citer pêle-mêle les frais d’accession, appelés également frais de notaire, il faut également tenir du poids de la fiscalité locale. Si l’on parle beaucoup de la disparition programmée de la taxe d’habitation à compter de 2023, on oublie la part croissante occupée par la taxe foncière. A cet égard, l’étude annuelle réalisée par l’Union nationales des propriétaires immobiliers, dans le cadre de son observatoire des taxes foncières, constitue une bonne piqûre de rappel.

Une augmentation de 34,7 % en dix ans

Selon les calculs de l’Observatoire, entre 2008 et 2018 la taxe foncière a bondi de 34,7%. Sur la même période, « les loyers ont progressé de 9,34% avec une inflation à 9,91%. La taxe foncière a donc progressé 3,7 fois plus rapidement que les loyers et 3,5 fois plus vite que l’inflation », analyse l’Unpi. Toutefois, sur les cinq dernières années (période 2013-2018), la hausse a eu tendance à ralentir, notamment du fait d’échéances électorales. Elle n’a été que de 10,8 % selon l’Unpi. Ce qui reste toutefois « trois à quatre fois supérieur à l’inflation (+3,82%) et à l’évolution des loyers (+2,32%) sur la période ».

Une revalorisation d’envergure des valeurs locatives

Selon l’Unpi, en 2019 « très peu de grandes villes et de départements ont augmenté leur taux. Cependant, derrière cette façade rassurante, des revalorisations d’envergure de valeurs locatives s’opèrent en coulisse » (voir encadré comment est calculé la taxe foncière ?). L’Unpi enfonce le clou en citant l’exemple de l’Isère où plusieurs dizaines de milliers de propriétaires ont vu leur impôt grimper de 13% en moyenne « sans déclarations particulières des contribuables ni de contrôle de l’administration ». Le cas de figure est le même en Indre-et-Loire, où le service des impôts fonciers a aussi opéré de nombreuses revalorisations « sans explications suffisantes pour les propriétaires ».

A SAVOIR

Comment est calculée la taxe foncière ?

La taxe foncière est un impôt dont le propriétaire doit s’acquitter tous les ans. Elle s’applique autant sur les propriétés bâties que non bâties. Autrement dit, le propriétaire d’un terrain est également soumis à la taxe foncière. Elle est calculée par l’administration fiscale à partir du montant qu’attendrait la somme des loyers annuels si le bien était mis en location. On parle de valeur locative cadastrale. C’est à partir de cette valeur que les collectivités locales appliquent leur propre taux d’imposition, on parle alors de taux communal. C’est la raison pour laquelle Il existe un taux de taxe foncière par commune. Il faut noter que les valeurs locatives font l’objet d’une actualisation, votée par l’Etat dans le cadre de l’adoption de la loi de Finances. On parle de majorations annuelles. Elles passent par l’application d’un coefficient indexé sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation. Il est de 2,2% au niveau national pour l’année 2019. Ces majorations « permettent d’augmenter les recettes au cours des années sans que les collectivités aient besoin d’augmenter les taux », précise l’Unpi. Ainsi, grâce à ce système l’Unpi a calculé que les propriétaires ont vu leur impôt augmenter de 4,5% entre 2013 et 2018 et de 14,6% sur une période de 10 ans. 

Une réforme en profondeur des valeurs locatives pourrait voir le jour à partir de 2026. Elle pourrait engendrer une très forte hausse de la taxe foncière pour de nombreux propriétaires.

Des revalorisations qui font grimper la note pour les propriétaires

En pratique, cette revalorisation des valeurs locatives aboutit à une augmentation générale de la taxe foncière dans les grandes métropoles françaises. A cet égard, la situation de Paris est emblématique puisque la majoration des valeurs locatives a été de 80,9% sur la décennie 2008-2018. La capitale est suivie par la ville d’Argenteuil dans le Val-d’Oise avec 64% de majoration et Nantes (54,90% de majoration) sur la même période. En revanche, sur les cinq dernières années, c’est la ville de Lille qui enregistre la plus forte progression de la taxe foncière (+23,81%) en raison d’une hausse importante de son taux communal (à 29,06% en 2018 contre 23,56% cinq ans plus tôt). Nice arrive en deuxième position (+23,15%) suivie de Nantes (+18,39%). Et cela ne semble pas près de s’arrêter. « La trajectoire suivie ces dix dernières années va s’accentuer encore à l’heure où la taxe d’habitation a disparu pour certains. Taxer un actif non délocalisable est toujours tentant. Les taxes foncières et les droits de mutation comptent parmi les drogues dures de nos finances publiques », conclut l’Unpi.

 


LA CROISSANCE EN QUESTION

Par Roland GALLINATO-CONTINO 

 

Notre planète se meure !

Trop d’humains, trop de surconsommation, trop de pollution et une démographie qui ne cesse de croître à raison de 230 000 personnes par jour est un vrai désastre annoncé !

Les réserves s’épuisent et ne sont plus renouvelables ; Nous sommes en train de manger notre planète qui est notre seule chance de survie.

Pourtant les politiques s’obstinent de nous parler de croissance, comme ci celle-ci pouvait se perpétuer indéfiniment. Certains même, n’étant plus à une incohérence prêt, parlent de croissance durable, ce qui sont deux mots antinomiques. Ah, si seulement le diamètre de la Terre pouvait croître dans les mêmes proportions que leur mégalomanie !

Certains nous disent aussi que l’avenir de l’humanité sera dans les étoiles… Peut-être, mais surement pas pour tout de suite. Alors, ne rêvons pas. L’avenir de l’humanité est pour l’instant sur Terre, et il doit être écologique, ou il ne sera pas !

Aller sur Mars à grands frais pour tenter de comprendre pourquoi cette planète est devenue un désert est une belle réussite technique, mais complètement inutile quant on se rend compte que c’est exactement ce qui est en train de se passer sur notre planète !

Il est urgent de nous opposer maintenant à toute forme de croissance qui nous envoie droit dans le mur, et transformer le : toujours plus, en toujours mieux. Notre économie capitaliste exclusivement basée sur la croissance ( puis la guerre pour pouvoir tout détruire et recommencer ) doit, elle aussi être adaptée en profondeur aux enjeux écologiques.

Dans cette lutte, nous sommes tous responsables à travers nos actions de tous les jours, nos prises de position et même nos votes.

Dans tous les cas, c’est la nature qui aura le dernier mot en finissant inéluctablement par reprendre ses droits ; et c’est plutôt rassurant, mais autant faire en sorte que l’humanité fasse encore partie de cet avenir !

Aujourd’hui, le grignotage de notre planète dans tous les domaines possibles par une population mondiale de plus en plus désemparée, nombreuse et appauvrie et le bétonnage excessif des sols empêche notre planète de respirer, de nous fournir l’oxygène indispensable à la vie.

Même dans notre village de Flayosc, cette croissance qui se traduit par toujours plus de constructions venant densifier le centre ville, est une mauvaise option, et nous devons nous y opposer. Nous devons cesser de cautionner cette tendance suicidaire en prenant une position claire sur ces futurs logements dits « sociaux » imposés par des politiques actuelles à court terme.

La France est un pays où la démographie est raisonnable, mais nous ne devons absolument pas encourager des populations étrangères dans leur inconséquence et leur  irresponsabilité à venir détruire notre civilisation.

FlayoscDemain 2020 est aussi une association politiquement indépendante qui prend très sérieusement en compte l’ écologie et tous les problèmes environnementaux. Soyons prêt tous ensemble à relever les nombreux défis du futur.

Si vous partagez ces idées et préoccupations, venez nous en parler et soutenir nos positions.

 

     


MANIPULATIONS et PARADIGMES…

UN FLEAU UNIVERSEL !

 

Manipulations et Paradigmes, sont deux maux dont les actions se complètent parfaitement et dont le peuple fait régulièrement les frais !

La manipulation est une méthode délibérément mise en œuvre dans le but de contrôler ou d’influencer la pensée, les choix de personnes en faussant ou orientant la perception de la réalité, en usant de rapports de séduction ou d’ influence.

Insidieusement, la manipulation est partout, et grâce au progrès, plus besoin de se déplacer car il suffit dorénavant d’ allumer sa télé au salon pour recevoir sa dose quotidienne de poison cérébral.

Les paradigmes sont le complément indispensable de cette manipulation reçue, car cela favorise l’ engrangement mental de ces croyances perçues comme des certitudes au point de nous aveugler et de nous rendre incapables d’ imaginer d’ autres visions plus adaptées.

Même sans avoir fait l’ E.N.A., on comprend tout de suite les dangers auxquels la population est exposée si elle ne prend pas le soin de prendre suffisamment de recul et d’ analyser le dessous des informations ingurgitées.

Dans l’ industrie, les paradigmes sont d’ ailleurs un vrai danger mortel pour l’ entreprise, puisqu’ elle condamne celle-ci à une stagnation où toute innovation est devenue suspecte, or l’ innovation est nécessaire à toute évolution.

Beaucoup de personnes se laissent duper par des impressions extérieures savamment mises en œuvre par les manipulateurs : que ce soit d’ hypocrites sourires panoramiques préconstruits, une phraséologie et un ton adaptés à des discours creux, de belles cravates de couleur symbolisant ce que l’ on a envie de croire ou des costumes sur mesure mettant en valeur des ronds de jambes majestueux.

Dans la manipulation courante, il est aussi très facile d’ omettre les sujets délictueux, et de cadrer volontairement les discours sur des thèmes moins risqués.

L’ histoire nous montre hélas, que de tout temps le bon peuple s’ est laissé berner par ses dirigeants, et entrainer bien malgré lui dans des orientations où il n’ avait absolument rien à gagner, et dans des conflits où il pouvait tout perdre, y compris la vie !

Ne soyons plus dupes et posons nous les bonnes questions sur l’ avenir que nous voulons réellement construire dans notre pays et sur Flayosc en particulier !

Dans cette période de campagne municipale, il devient plus que jamais nécessaire d’ analyser avec soin, non seulement les programmes des listes en compétition, mais aussi leur volonté réelle de mettre en œuvre les dites promesses, et sans oublier bien sûr, et c’ est sûrement là le plus important, de déchiffrer entre les lignes, les messages cachés ou volontairement absents !

Flayosc est aujourd’ hui à un tournant de son histoire, face aux contraintes technocratiques nous imposant toujours plus de constructions. Il serait bon de rappeler ici le désastre qu’ a déjà subi notre village avec les HLM autour de l’ église, qui ne constituent assurément pas une réussite architecturale !

Le terrain d’ entrée de ville, aujourd’ hui peu valorisant mérite effectivement un aménagement bien pensé, mais sûrement pas des barres de HLM qui vont venir détruire irrémédiablement le premier plan et cacher le vieux village, faisant fuir les touristes.

Posons nous les bonnes questions, évacuons les idées reçues et faisons obstacle aux certitudes qui peuvent s’ installer durablement dans nos neurones au point de devenir de véritables religions…

AVANCER SANS PARADIGMES !

Roland Gallinato-Contino

 

 


Covid-19. Dr Bernard DESCHODT

Mise en ligne le 29 Mars 2020

Début de la pandémie le 19 Novembre 2019 à Wuhan

Depuis le début de cette pandémie le gouvernement pour ne pas reconnaître ses erreurs d’appréciation s’enfonce à chaque fois un peu plus dans le mensonge.

20 Janvier 2020, 2 mois après le début de l’épidémie en Chine, Mme BUZIN : le risque d’extension à la France de la pandémie est quasi-nulle. Comme le nuage de Tchernobyl. Aucune décision n’est donc prise.

24 Janvier 2020, 3 premier cas diagnostiqués sur le territoire français. 1 mort un chinois de 80 ans

25 Février 2020 déclenchement du stade 1. 58 cas le 28 Février

29 Février 2020 déclenchement du stade 2 car les cas doublent chaque jour. 100 cas diagnostiqués le 29.

Le 14 mars 2020, le bilan est de 500 cas confirmés, chiffre qui a doublé en 72 h, et 91 décès. Les élections municipales sont maintenues mais le gouvernement conseille aux personnes âgées de plus de 70 ans de rester chez elles. Résultat 60% d’abstention en France, alors que dans le cadre des municipales l’abstention ne dépasse jamais 25%. Quelle valeur peut-on accorder à ces résultats.

Le 17 mars 2020 : confinement général. Seule solution possible pour notre pauvre pays de tenter de bloquer la pandémie malheureusement au détriment de l’activité économique.

En France, les statistiques sont totalement fausses car on ne compte que les cas cliniquement suspects et contrôlés positifs au PCR, or on évalue à 80% les porteurs asymptomatiques et ceux qui ont présenté des formes mineures, tous deux contagieux.

L’absence totale de réactivité du gouvernement a entraîné et entraîne encore une cascade de mensonges relayés par la presse.

1er mensonge : les masques de protection FFP2 ne servent à rien.

Comment peut-on dire une contre vérité pareille. Tous les pays asiatiques ont montré que le port des masques était un élément capital dans la lutte contre le covid-19 ( des pays comme la Corée du sud Taïwan Singapour n’ont pas eu besoin de recourir au confinement ). Pourquoi cette affirmation : uniquement parce-que la France n’avait plus de stock stratégique de masques. Décision prise en 2013 de ne pas renouveler les stocks uniquement pour des raisons budgétaires. La vie des français face à l’argent : le choix a été vite fait.

Le 29 Mars 2020, c’est-à-dire 2 mois après la déclaration de la maladie, le gouvernement se décide enfin à commander des masques à la chine. Donc pendant 2 mois, tout le personnel soignant, toutes les forces de l’ordre tous les commerçants et salariés des magasins d’alimentation ont été exposés sans aucune protection. L’hécatombe commence déjà parmi le personnel soignant. Au jour d’aujourd’hui 30 mars 2020 aucun masque protecteur FFP2 n’a été distribué au personnel soignant. Les médecins de ville n’ont eu droit qu’à 50 masques périmés puis 8 masques chirurgicaux par semaine non protecteurs ( les masques chirurgicaux doivent être utilisés par les malades du Covid-19 et non pas le personnel soignant). http://video.lefigaro.fr/figaro/video/penurie-de-masques-les-raisons-du-scandale/6145145678001/ 

 2éme mensonge : le dépistage ne sert plus à rien à la phase 3.

Encore un mensonge lié au fait que la France, pays sous développé totalement à la merci des puissances asiatiques, est Incapable de tester en masse les français.

La France ne teste que 6000 personnes/jour alors qu’en Allemagne on en teste 100000 et bientôt 200000 par jour, ainsi que dans les pays asiatiques.

https://www.lopinion.fr/edition/politique/coronavirus-pourquoi-france-manque-tests-depistage-covid-19-215231.

 

 3éme mensonge : l’hydroxychloroquine est extrêmement dangereuse.

Le professeur RAOULT dès fin janvier, se basant sur des études chinoises, montrait que cette molécule diminuait la charge virale en 5 jours. Malheureusement, les français semblent victimes d’une guerre d’Ego entre le professeur RAOULT et M. LEVY mari de Mme BUZIN et directeur de l’INSERM.

https://www.marianne.net/politique/didier-raoult-et-le-milieu-medical-parisien-histoire-d-une-detestation-reciproque.

Tous les experts parisiens qui monopolisent les studios de télévisions ont tous traité le professeur RAOULT de dangereux personnage. Comment un produit vieux de 50 ans, qui est prescrit par tous les médecins généralistes de France dans le cadre du Lupus ou de certaines pathologies rhumatoïdes et qui ne coûte pas grand-chose, pourrait traiter ce nouveau virus.

Après 2 mois de tergiversations M. VERAN annonce que l’hydroxychloroquine pourra être utiliser uniquement dans les hôpitaux et uniquement chez les patients gravement atteints.

Comment peut-on prendre des décisions pareilles qui vont à l’encontre de la médecine. Doit-on attendre que le patient soit en septicémie pour donner un antibiotique ? autre exemple : Le Tamiflu extrêmement efficace pour la grippe doit être donné dans les 2 premiers jours.

Selon le professeur RAOULT l’hydroxychloroquine doit être donnée dès le diagnostic de Covid-19 et même si le patient est négatif au PCR il faut le considérer comme atteint s’il présente une fièvre avec toux et perte d’odorat d’apparition brutale.

https://gomet.net/raoult-mises-au-point-covid-19/

Les généralistes connaissent parfaitement les contre-indications de ‘lhydroxychlotoquine, demandent à pouvoir prescrire le traitement du Professeur RAOULT.

https://www.fmfpro.org/lettre-d-un-medecin-generaliste-a-monsieur-le-ministre-de-la-sante.html

 

Quand va-t-on pouvoir sortir du confinement?

  • Quand tous les français auront des masques FFP2

  • Quand les tests sérologiques seront enfin au point. Ils permettront de faire la différence entre une atteinte ancienne immunisante et une atteinte récente en cours qui pourra être confirmée par le test PCR.

  • Quand l’hydroxychloroquine pourra être prescrite par tous les médecins, dans la mesure où les études préliminaires du professeur RAOULT seront confirmées par toutes les études.

 

Cette pandémie aura mis à jour :

  • Les effets délétères de la mondialisation (prônée par tous les financiers du monde, au détriment des populations). La France est devenue un pays sous développé incapable de protéger efficacement sa population car elle ne produit plus rien. Elle est devenue totalement dépendante des puissances asiatiques.

  • Les mensonges d’état. Je ne crois plus guère en la justice sous contrôle comme l’ensemble de la presse. On va revenir à l’affaire du sang contaminé avec Georgina DUFOIX : responsable mais pas coupable.

  • Les batailles d’Ego entre grands patrons de médecine, au détriment de la population.

 

Espérons que cette pandémie permettra à la France de repartir sur de bonnes bases et de remettre l’homme au centre des projets futurs. Malheureusement, je n’y crois guère, car quelle que soit la catastrophe, on n’en tire jamais les conséquences. En politique le mensonge est souvent gagnant face à la sincérité.

Derniers articles :

https://www.youtube.com/watch?v=trsSWj1B7XQ 

https://www.youtube.com/watch?v=zuoon5TRo4U

 

      

https://www.youtube.com/watch?v=nGPaQsh_rVM